La maison aux majoliques – Otto Wagner


OTTO, Wagner. Immeuble d’habitation, Linke Wienzeille 40, La maison aux majoliques, esquisse de la façade, reproduction dans l’ouvrage : Wagner. (P. 50)
August Sarnitz, mai 2005, Technische universitats bibliothek. Catégorie: architecture – design, Collection: basic/ art, France Paris, Éditions Taschen

MISE EN CONTEXTE

La maison aux majoliques, édifiée par l’architecte Otto Wagner en 1898-1899, compte parmi les bâtiments art nouveau les plus remarquables de Vienne, un des plus grands projets de logement exécuté jusqu’ici rassemblant près de cinquante appartements. (August Sarnitz, mars 2018. Étant un symbole de la sécession viennoise, elle est devenue célèbre et a marqué l’histoire de l’architecture. Cette sécession a pris naissance en avril 1897, il s’agissait d’un mouvement particulièrement artistique s’étant déroulé en Autriche plus précisément à Vienne touchant aussi l’architecture où il était question d’introduire une forme de liberté dans l’art et dans l’architecture, d’où la devise : « À chaque époque son art, à l’art sa liberté ». Ce mouvement voulait rompre avec l’art académique des salons officiels viennois. Le but était de créer un nouveau style qui ne devait rien à l’influence historique, en accord avec l’esprit de la Vienne du tournant du siècle. L’ objectif étant plus large voulait élaborer un « art total », qui toucherait tous les domaines de l’existence où les arts appliqués devraient être également intégré à l’ornementation végétale du mouvement de la Sécession. Otto Wagner a rejoint la sécession viennoise en 1899, il est l’inventeur de l’architecture moderne autrichienne et le grand défenseur des idées du fonctionnalisme. Partisan d’un style linéaire épuré et ornemental, il a su le démontrer à travers la maison aux majoliques qui est une des composantes des immeubles de la Linke Wienzeill considérés à l’époque comme les plus modernes de Vienne.

© WIEN Museum, Façade donnant sur la vallée de la Vienne, 1899, Photographie de l’ouvrage Wagner. (P.49) SARNITZ August, mai 2005, France Paris, Éditions Taschen

DESCRIPTION ARCHITECTURALE

Il s’agit d’une esquisse sur papier, présentant un plan d’élévation linéaire de la moitié de la façade avant de l’immeuble. La maison aux majoliques a une façade qui fait référence au style art nouveau. En effet, il y a une justesse dans l’esquisse au niveau de la composition florale, du revêtement extérieur du bâtiment caractérisé par des carreaux de faïence nommée majolique, les tourbillons colorés de fleurs roses, dessinées par Alois Ludwig, un élève de Wagner. Ces éléments décoratifs prennent naissance au centre du 2e étage au-dessus du 2e balcon pour envahir progressivement les étages supérieurs, suivi des tiges vertes accompagnés de vrilles et d’autres motifs architecturaux comme les têtes de lions. Il y a une augmentation progressive de la complexité de la combinaison florale qui est complétée par des têtes de lions dans les fenêtres de secours et de l’avant-toit du bâtiment. Le plan de l’élévation de la façade commence au 2e étage ainsi que le 1er étage. Les balcons en fer ne sont pas présentés sur le plan. Les deux portes fenêtres situées aux extrémités du deuxième étage surmonté de cercles dorés échappent au tourbillon floral et se distinguent par leur décoration spécifique composée de tiges formées de pilastres cannelés surmontés d’impostes dorées et d’inflorescences de fleurs. La décoration atteint son paroxysme au dernier étage où les espaces entre les fenêtres sont ornés de triglyphes avec feuillages et surmontés de gueules de lion sur fond de cercle excentrique doré. Des figures humaines ne sont pas présentées sur le dessin, cependant celui-ci trouve son originalité par sa composition ornementale où sont intégrés des éléments végétaux ainsi que des figures d’animaux, ce qui met de l’avant deux grands champs d’études scientifiques que sont: la botanique et la zoologie.

© NIKOLIC Monika / artur, Détail de la façade de l’immeuble situé dans la Linke Wienzeille 40 et de l’immeuble voisin, Photographie de l’ouvrage Wagner. (P.48)
SARNITZ August, mai 2005, France Paris, Éditions Taschen

DESCRIPTION DU PLAN DE REZ DE CHAUSSÉE

Le plan du rez-de-chaussée présente celui de la maison aux majoliques d’une part et le bâtiment voisin, la maison des médaillons, d’autre part. En effet, un mur mitoyen sépare les 2 immeubles, le plan du réez de chaussée de la maison aux majoliques se trouve du côté gauche. Il existe une certaine hiérarchie dans les lieux, le bâtiment a une façade sur rue, l’entrée est facilement perceptible sur le plan du rez-de-chaussée amenant subséquemment à un corridor qui débouche ensuite vers un escalier central qui conduit à la cour intérieure. Les ouvertures caractérisées par les fenêtres et les portes-fenêtres sont clairement perceptibles sur le plan. La cour intérieure constitue un espace commun où  les logements sont vis-à-vis l’un de l’autre avec leurs ouvertures donnant sur la cour.  Les ouvertures des appartements qui sont attenantes à la cour intérieure ont leurs ouvertures qui donnent sur celle-ci. Il y a une distribution fonctionnelle des espaces intérieurs, par la présence d’ascenseurs et d’installation de salle de bain, ce qui suffisent à faire de l’immeuble une image du raffinement dans l’habitat urbain et moderne. On remarque aussi l’absence des espaces de représentation que sont le salon et la bibliothèque (August Sarnitz, mars 2018).

© WIEN Museum, Plan du rez-de-chaussée, 1899, Photographie de l’ouvrage Wagner. (P.49) SARNITZ August, mai 2005, France Paris, Éditions Taschen

© WIEN Museum, Linke Wienzeille et KÖstlergasse Ascenseur, 1899, Photographie de l’exposée au Wien Museum.  G. Yvette, 5 octobre 2018, [en ligne] : URL :https://histoirearchitecture19.uqam.ca/wp-admin/post.php?post=1431&action=edit (Consulté le 3 mars 2020)

PORTÉES SOCIALE, ÉCONOMIQUE ET ARTISTIQUE DU PROJET

Des enjeux d’ordre social et économique sont associés à ce dessin. Dans le domaine du logement, Wagner s’intéressait aux conditions de vie de l’homme moderne. Sa réflexion se portait sur le logement en général et surtout sur l’immeuble locatif en tant que projet de construction. En raison de la croissance rapide des villes, les immeubles d’habitation à usage locatif représentaient pour la grande bourgeoisie un placement financier intéressant, une garantie de rendement dont fait partie intégrante les immeubles d’habitation Linke Wienzeille d’où la plus populaire et la plus connue,  » La maison aux majoliques ». (August Sarnitz, mars 2018)

L’architecture de Wagner présenté à travers ce dessin fait appel à un mouvement particulier qu’est la majolique de Gjel. IL s’agit d’un phénomène artistique original, profondément national, lié à la culture de l’ancienne Russie et à la philosophie populaire. C’est là où se trouvait la première manufacture privée de céramique qui produisait des articles de majolique très demandée en Russie empreinte de motif variable (fleurs, feuilles, herbes, animaux, oiseaux, paysages architecturaux) à des figures géométriques (hachures, treillis). Les traits les plus originaux de la poterie de Gjel sont la combinaison d’éléments décoratifs peints et sculptés.

Le renouveau qu’à su apporter les immeubles de la Linke Wienzeill dans l’histoire de l’architecture viennoise a porté un grand chroniquer de la modernité viennoise, Ludwig Hevesi, d’affirmer que : « L’aménagement intérieur de ces immeubles est d’une remarquable unité, il se compose de formes tout à fait modernes et présentes à la fois des qualités artistiques et pratiques ; c’est en réalité une œuvre qui fait date. » (August Sarnitz, mars 2018)

1018 mots

BIBLIOGRAPHIE

SARNITZ , August. « Wagner », Éditions Taschen, Collection: basic / art, France Paris, mai 2005, catégorie: architecture- design (Consulté le 21 février 2020)

CHARLES Victoria & KLAUS H. Carl. « La sécession viennoise », © Parkstone International, 2014, [en ligne] : URL : https://books.google.ca/books?id=QWHgYqBcJVgC&pg=PA172&lpg=PA172&dq=la+croix+la+maison+majolique&source=bl&ots=JUahNIRHcP&sig=ACfU3U3MDr7lo564qlfjGSX1QvJfCU4UuQ&hl=fr&sa=X&ved=2ahUKEwjOnZmus4LoAhUPmeAKHeswDbkQ6AEwEXoECAoQAQ#v=onepage&q=la%20croix%20la%20maison%20majolique&f=false  ISBN : 978-1-78310-373-7 (Consulté le 21 février 2020)

MALICK, Élisabeth. « Arts plastiques et architecture », La Clé des Langues Lyon, ENS de LYON/DGESCO (ISSN 2107-7029), avril 2007, [en ligne] : URL :http://cle.ens-lyon.fr/allemand/arts/peinture-et-sculpture/arts-plastiques-et-architecture  (Consulté le 21 février 2020)

LAWRENCE, Gary.  » Vienne Art nouveau – Les naguère de Sécession », Le devoir, 2 novembre 2002, [en ligne] : URL :http://cle.ens-lyon.fr/allemand/arts/peinture-et-sculpture/arts-plastiques-et-architecture  (Consulté le 21 février 2020)

KHTABI.  « Otto Wagner », université Aboubakr Belkaid Faculté de Technologie department architecture, 2015, 2016, [en ligne] : URL : https://fr.slideshare.net/Saamysaami/otto-wagner-71751169 (Consulté le 21 février 2020)



2 thoughts on “La maison aux majoliques – Otto Wagner

    1. Denis Daphny Nilda Post author

      Madame je viens de recevoir votre retour sur mon travail préliminaire. En effet, je vous avais envoyé depuis jeudi dernier la version préliminaire de mon travail via courriel mais n’ayant eu aucun retour de vous je vous avais écrit à nouveau. J’ai su aujourd’hui en allant sur le site que c’est là que vous répondez aux étudiants. Je me suis donc empressée de mettre en ligne mon travail final pour avoir votre avis.(Je mettrai ultérieurement les sources des images et j’arrangerai ma bibliographie aussi)
      Je vous remercie d’avance.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *