La maison suspendue – Le Corbusier

Charles-Édouard Jeanneret-Gris, également connu sous le pseudonyme « Le Corbusier », est un grand architecte, urbaniste, décorateur, peintre, sculpteur et homme de lettres, né le 6 octobre 1887 en Suisse et est décédé le 27 août 1965. Il est avant tout un architecte, mais a aussi œuvré dans le domaine de l’urbanisme et du design. En début de carrière, il a été connu pour être l’inventeur de « l’unité d’habitation » , plus précisément, un concept sur lequel on connait aujourd’hui, soit le logement collectif. C’est un concept qui permettra notamment de contrer les différents problèmes de logements de l’après-guerre. Une conception qui mettra emphase sur tous les équipements collectifs nécessaires à la vie. Au 17 juillet 2016, plusieurs œuvres architecturales du Corbusier figurent désormais au patrimoine mondial de l’UNESCO. Ses premières constructions de villas (1922-1929) et des quartiers modernes Frugès (Bordeaux) l’amènent à formuler les « cinq points » d’une architecture nouvelle : pilotis, toit-jardin, plan libre, fenêtre en longueur et façade libre (Evene, 2003). Plus dans le domaine de l’urbanisme, il a su comment résoudre les problèmes de densification des villes en préconisant l’habitat en hauteur tel que l’on connait aujourd’hui, les tours à logement. Le Corbusier avait développé ses théories sur l’architecture moderne au cours de la décennie en fondant en 1920, la revue « L’Esprit Nouveau » (Dr Simon, 2007). Il a par la suite incorporé plusieurs éléments dans ses publications à travers de différents projets. C’est un livre célébrant la science, la technologie et ainsi que du fait que les machines modernes permettent de créer des objets de haute précision. Par contre, la beauté ne réside pas non seulement dans les technologies les plus récentes, mais également dans les œuvres anciennes telles que le Parthénon, dont les formes raffinées représentaient, à son avis, la perfection des systèmes archaïques antérieurs (Getty Research Institute, 2007). C’est ainsi que Le Corbusier a pu évoquer et exprimer avec éloquence sa recherche de la perfection moderne à travers des formes universelles.

Le Corbusier, Villa Savoye, Poissy, France, 1929
Récupéré de: https://cdn.kastatic.org/ka-perseus-images/889d4b84b5d369689745b2441c7427e07089bef5.jpg
(photo: Renato Saboya, CC BY-NC-SA 2.0)

À l’époque, cette maison est digne d’une icône absolue du mouvement moderne, surnommé, la Villa Savoye.  Dessiné et conçu par le grand architecte Le Corbusier en 1929, elle représente l’articulation d’une nouvelle essence de modernité architecturale. Une façade qui est facilement reconnaissable et avant-garde. Ici, il y a un mariage entre la nature et l’architecture. Bâtiment faisant parti dans la série inscrite sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco en 2016 (Le Corbusier, volume 2, 1934). Cette villa a été conçu dans la plus grande simplicité. Pour Le Corbusier, la maison devrait être « une machine pour la vie » (Dr. Simon, 2007) et par la forme, les matériels et l’emplacement, elle représente parfaitement cette pensée.  Situé à peu près de 30 km de Paris, elle permet de s’échapper de l’industrialisation, favorisant la vie rurale et de s’harmoniser avec la nature. Dès la façade, on peut apercevoir qu’elle est soutenue par des pilotis, soit la structure principale de la maison. Ce concept faisant parti une des cinq points d’une architecture nouvelle, lui permet de se distinguer des autres, ainsi que d’influencer une grande partie des architectes dans de futurs projets. Ces pilotis sont un des éléments importants de cette maison, donnant l’impression que celle-ci flotte dans les airs. Ce concept, autrefois utile pour les pêcheurs, devient désormais une application principalement esthétique et moderne. En surmontant la maison par des poutres, cette espace vide permet d’amener la nature en milieu urbain. La façade, qui est libre et lisse, démontre la simplicité. Des fenêtres larges en ruban, permettent de laisser entrer la lumière naturelle, mais renforce également la planéité du mur. Nous pouvons donc voir que la Villa Savoye a su incorporer les principes de Le Corbusier et a également pu être réalisé par des concepts inscrit dans sa publication « Vers une Architecture ». Construit majoritairement en béton, les murs sont encastrés et peints en blanc et vert, donnant l’impression que la maison flotte dans les airs soutenus par des pilotis et qu’elle se marie parfaitement à la nature.

Plan de dessin
Récupéré de: https://www.inexhibit.com/wp-content/uploads/2016/08/Villa-Savoye-Le-Corbusier-Poissy-floorplans.jpg

En plan, on constate que la maison se repose sur une grille carrée précise marquée par 25 colonnes, tandis qu’en élévation, la grille devient rectangulaire. Ici, on voit qu’il y a une utilisation d’une géométrie principalement carrée et rectangulaire. Par ses formes, Le Corbusier a voulu se distinguer d’une nouvelle ère d’architecture, soit le « machiniste ». Ces formes rectangulaires lisse et plane s’adaptent beaucoup plus facilement à la structure en béton. Par contre, on observe que Le Corbusier a pu également introduire quelques éléments circulaires, plus précisément, des arcs circulaires et elliptiques, tel que présenté dans le plan. Ces formes circulaires représentent les escaliers et le solarium de la maison, et se figure largement dans ses peintures contemporaines. Un des murs incurvés en demi-cercle représente le solarium. Quant à l’escalier, la maison comprend une rampe menant du sol au premier étage et ainsi qu’un escalier qui relie tous les niveaux. Le rez-de-chaussée a également une forme incurvée qui est influencée par l’ère automobile. L’espace libre soutenue par des pilotis, permet d’accueillir jusqu’à trois voitures. De l’avant de la maison, près de la porte d’entrée, se trouve un hall qui représente deux éléments principaux, soit une rampe qui s’étend de bas en haut du bâtiment, ainsi qu’un escalier en spiral. Arrivé à la terrasse, il a traité la pièce sans mur pour avoir une harmonisation parfaite avec la nature sans obstruction. Depuis la terrasse, on aperçoit que la rampe et la forme cylindrique du solarium font écho aux formes des paquebots tel que présenté dans son ouvrage « Vers une Architecture » (Le Corbusier, 1925).

La Villa Savoye peut être vu comme étant une des grands raffinements de Le Corbusier par son système architectural. Distinguer principalement par ses volumes géométriques essentiels qui incarnent parfaitement son concept de la « forme type ». On constate également qu’il y a une proportion qui relie le bâtiment avec la nature. Sa simplicité épurée et son utilisation de béton lui amène à se différencier des autres par des travaux d’ingénieries de haute précision. Le Corbusier représente une nouvelle ère d’architecture et évoque la modernité de l’industrialisation.

Bibliographie

Le Corbusier. (1925). Vers une architecture: collection de « l’esprit nouveau ». p.27-106. Récupéré de https://www.mondotheque.be/wiki/images/d/d4/Corbusier_vers_une_architecture.pdf

Goodman John. (2007). Le Corbusier, Toward an Architecture: Los Angeles: Getty Research Institute. Récupéré de https://www.khanacademy.org/humanities/ap-art-history/later-europe-and-americas/modernity-ap/a/corbusier-savoye

Von Moos Stanilaus. (1979). Le Corbusier, une synthèse. p. 9-27. Récupéré de https://www.editionsparentheses.com/IMG/pdf/P280_LE_CORBUSIER_SYNTHESE_EXTRAITS.pdf

One thought on “La maison suspendue – Le Corbusier

  1. Christina Contandriopoulos

    Attention, cette maison ne s’inscrit pas dans la période couverte par notre cours (1750-1950). Veuillez choisir un autre projet. Christina

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *