Le Corbusier entre nature et modernité

Source plan choisi : José Baltanas, Le Corbusier, parcours, Marseille, Parenthèse, 2005, p. 39.
Récupéré: https://www.pinterest.ca/pin/474355773225925947/

La Villa « Le Lac » ou « la Petite Maison » est conçue par Le Corbusier entre 1924-1925, à la suite d’une commande émise par les parents de l’architecte en 1923 (1). L’architecture est pensée pour deux personnes, car elle a pour fonction de loger ses parents. Impliqué affectivement et personnellement au projet, les délais et le budget sont respectés. Estimée, la villa est le résultat de sa sensibilité à la nature et à la modernité (2).

Source : Association des sites Le Corbusier, Villa « Le Lac » Le Corbusier, 2014. En ligne. < https://www.sites-le-corbusier.org/Villa-Le-Lac >. Consulté le 27 février 2020
Source : José Baltanas, Le Corbusier, parcours, Marseille, Parenthèse, 2005, p. 39.

Blanche, modeste et utilitaire, la Villa « Le Lac » est construite en maçonnerie crépie, en dalle et en béton armé. Elle découle de la notion du purisme. En 1918, Le Corbusier et Amédée Ozenfant utilisent le terme dans le manifeste Après le cubisme, en réaction contre la complexité du cubisme. De cette façon, le purisme est une conception formelle, mais elle évoque aussi une dimension morale pour la pureté, la simplicité et l’économie des moyens qui sont des qualités essentielles (3).

Source : Association des sites Le Corbusier, Villa « Le Lac » Le Corbusier, 2014. En ligne. < https://www.sites-le-corbusier.org/Villa-Le-Lac >. Consulté le 27 février 2020
Source : José Baltanas, Le Corbusier, parcours, Marseille, Parenthèse, 2005, p. 50.

Pour la Villa « Le Lac », le Corbusier établit un plan rigoureux et fonctionnel, afin de répondre un programme en créant une petite machine à habiter. Il procède de manière contraire aux usages, car il débute par le plan pour ensuite trouver un emplacement. Par conséquent, le plan libre amène une réorganisation de l’ordre et de la méthodologie dans la conception d’un habitat. Située au bord du lac Léman, dans la commune de Corseaux en Suisse, le pays natal de l’architecte. La villa est localisée sur une étroite parcelle entre la rive du lac et la route Lavaux (4). Dans ces conditions, des modifications ont été fait sur le plan, en raison du choix de l’emplacement.


Source : Jean-Louis Cohen, Tim Benton et Phaidon Press, Le Corbusier le grand, Paris, Phaidon, 2008, p. 150.

Le plan choisi montre l’importance accordée à la nature et la préoccupation associée l’emplacement de la petite villa. Minimaliste et intuitif, le premier schéma de Le Corbusier présente principalement la topographie du lieu. Le paysage est composé d’une montagne, du lac Léman, de la grande superficie du lieu, d’arbres et du terrain en question. Par ailleurs, le terrain et l’architecture occupent une petite place, car ils sont inférieurs à l’échelle des autres éléments de la composition. Effectivement, un œil disproportionné prédomine par rapport à la taille du projet de Le Corbusier. Celui-ci semble symboliser l’importance de la vue et souligner son intérêt pour l’environnement autour de la villa. Cette volonté est accentuée par la présence d’une figure humaine qui est tourné vers le paysage. Donc, l’expérience sensorielle est recherchée et mise en relation avec la nature amenant un état de quiétude pour les habitants. Dans le deuxième schéma, la montagne et le lac Léman sont également représentés. Toutefois, l’accent est mis sur le terrain qui accueille le plan de l’architecte. Plus lisible, le plan est de forme allongée et rectangulaire. Positionné à l’horizontal, la façade donne sur le lac. De plus, il y a une corrélation entre la forme du terrain et la forme du plan qui sont parallèles, créant une symétrie et une harmonie, pouvant apporter un sentiment de calme et de sérénité. En outre, les traits plus foncés autour du terrain représentent les murs. Ceux-ci délimitent l’espace procurant ainsi une intimité aux résidents et une protection contre les inondations et les agressions extérieures. Le mur au bord du lac présente une grande ouverture. Cette ouverture est la continuité de la longue fenêtre de 11 mètres intégrée à la villa. Le dialogue entre les deux offre une vue panoramique du paysage. De cette façon, la fenêtre et l’ouverture participent à la fusion entre l’intérieur et l’extérieur, créant un lien avec le site : « Cette souplesse, cette exactitude, cette indiscutable réalité des combinaisons, des engendrements harmonieux dont la nature offre le spectacle en quelque chose. De dedans au dehors : la perfection sereine » (5). Face au sud, elle fait pénétrer la lumière naturelle dans l’habitat. Sur le même mur extérieur, une ouverture proportionnelle à l’humain est destinée au repos et à la contemplation. Puis, sur le mur opposé, se trouve deux entrées donnant accès à la route Lavaux. À l’intérieur de la petite villa, il y a des séparations, afin de diviser chaque fonction. De plus, les pointillés suggèrent un parcours circulaire montrant l’espace dégagé de la villa et laissant voir trois entrées. L’une située sur la rue et les deux autres sur chaque extrémité.  

Source : François Vaudou, Le Corbusier villa le Lac à Corseaux-Vevey, Genève, Carré d’art édition / Fondation Le Corbusier, 1991, p. 68.
Source : François Vaudou, Le Corbusier villa le Lac à Corseaux-Vevey, Genève, Carré d’art édition / Fondation Le Corbusier, 1991, p. 68.
Source : François Vaudou, Le Corbusier villa le Lac à Corseaux-Vevey, Genève, Carré d’art édition / Fondation Le Corbusier, 1991, p. 67.

Afin d’avoir une meilleure compréhension du projet de Le Corbusier, voici un autre plan, une coupe et une perspective d’ensemble. Le plan montre avec plus de précision la division intérieure de la petite Villa : « Le programme se déroule selon une séquence d’espaces ininterrompus, qui couvrent les besoins de fonctionnement et se tissent les uns les autres avec les annexes dérivées de chacun de ces espaces» (6). De cette façon, l’architecte créer un espace minimal et pratique, mesurant 20,50 m de longueur et 4,50 de largeur. C’est pourquoi, elle est décrite comme une machine à habiter, car chaque élément est organisé selon un certain nombre de mètres carrées équivalent à 56 m pour la Villa et 60 mètres pour l’ensemble (7). L’intérieur de la villa comprend l’essentiel avec la chambre à coucher, la chambre d’amis modulable, le vestibule, la penderie, le séjour avec l’espace de travail, la cuisine, la salle de bain et le chauffage (8). En outre, le plan de la coupe montre la travée unique et l’étroitesse de l’architecture.  D’autre part, elle est surélevée du sol pour des raisons de ventilation. D’un autre point de vue, la perspective d’ensemble montre la tridimensionnalité du projet , l’élévation des murs intérieurs et extérieurs, puis l’aspect compact du projet. De plus, la nature fait intégralement partie de l’architecture, puisqu’un escalier mène à un studio, mais également sur un toit-jardin vivant au gré des saisons. Il y a aussi un jardin autour de la maison.

Source : Association Villa « Le Lac » Le Corbusier, Villa « Le Lac » Le Corbusier. En ligne. < http://www.villalelac.ch/fr >. Consulté le 27 février 2020

Pour conclure, elle est considérée comme un manifeste architectural où sont émergées les idées principales du programme de La Corbusier au courant des années 1920 (9) et elle figure dans la liste du patrimoine mondial de l’Unesco (10). La Villa « Le Lac » fait partie des réalisations les plus personnelles et ingénieuses de Le Corbusier. Elle offre un confort en organisant l’espace de manière optimale. Pouvant être produit en série, le prototype de maison minimale devient un standard international.

NOTES DE BAS DE PAGE

(1) Jean-Louis Cohen, Tim Benton et Phaidon Press, Le Corbusier le grand, Paris, Phaidon, 2008, p. 150 .

(2) Ibid., p. 150.

(3) Jean Jenger, Le Corbusier l’architecture pour émouvoir, Paris, Gallimard, 1993, p. 39. 

(4) Association des sites Le Corbusier, Villa « Le Lac » Le Corbusier, 2014. En ligne. <https://www.sites-le-corbusier.org/Villa-Le-Lac >. Consulté le 27 février 2020

(5) Véronique Girard, Agnès Hourcade et Fondation Le Corbusier, Rencontres avec Le Corbusier, Liège, Pierre Mardaga, 1987, p. 9. 

(6) José Baltanas, Le Corbusier, parcours, Marseille, Parenthèse, 2005, p. 37

(7) Ibid., p. 37. 

(8) Association des sites Le Corbusier, Villa « Le Lac » Le Corbusier, 2014. En ligne. <https://www.sites-le-corbusier.org/Villa-Le-Lac >. Consulté le 27 février 2020

(9) Association Villa « Le Lac » Le Corbusier, Villa « Le Lac » Le Corbusier. En ligne. < http://www.villalelac.ch/fr >. Consulté le 27 février 2020

(10) Fondation le Corbusier, Petite maison au bord du lac Léman. En ligne. < http://www.fondationlecorbusier.fr/corbuweb/morpheus.aspx?sysId=13&IrisObjectId=4445&sysLanguage=fr-fr&itemPos=8&itemSort=fr-fr_sort_string1%20&itemCount=14&sysParentName=Home&sysParentId=64>. Consulté le 27 février 2020

BIBLIOGRAPHIE

BALTANAS, José, Le Corbusier, parcours, Marseille, Parenthèse, 2005, 189 p.

COHEN, Jean-Louis, BENTON, Tim et Phaidon Press, Le Corbusier le grand, Paris, Phaidon, 2008, 768 p.

GIRARD, Véronique, HOURCADE Agnès et Fondation Le Corbusier, Rencontres avec Le Corbusier, Liège, Pierre Mardaga, 1987, 158 p.

JENGER, Jean, Le Corbusier l’architecture pour émouvoir, Paris, Gallimard, 1993, 160 p.

VAUDOU, François, Le Corbusier villa le Lac à Corseaux-Vevey, Genève, Carré d’art édition / Fondation Le Corbusier, 1991, 90 p.

Association des sites Le Corbusier, Villa « Le Lac » Le Corbusier, 2014. En ligne. < https://www.sites-le-corbusier.org/Villa-Le-Lac >. Consulté le 27 février 2020

Association Villa « Le Lac » Le Corbusier, Villa « Le Lac » Le Corbusier. En ligne. < http://www.villalelac.ch/fr >. Consulté le 27 février 2020

Fondation le Corbusier, Petite maison au bord du lac Léman. En ligne. < http://www.fondationlecorbusier.fr/corbuweb/morpheus.aspx?sysId=13&IrisObjectId=4445&sysLanguage=fr-fr&itemPos=8&itemSort=fr-fr_sort_string1%20&itemCount=14&sysParentName=Home&sysParentId=64>. Consulté le 27 février 2020

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *