Frank Lloyd Wright – Fallingwater, la définition de la Prairie school

Image de Architecture Daily. « Frank Lloyd Wright : Fallingwater. Second floor plan »

Bâtit dans sur le site de Bear Run, en Pennsylvanie, Fallingwater (ou Maison sur la cascade) est un bâtiment dessiné par Frank Lloyd Wright, et qui ferait parti du mouvement architectural de la Prairie school. Il aurait été, à l’origine, conçu pour la famille Kaufmann comme maison de séjour, en retrait de la grande ville de Pittsburgh pour les fins de semaine, afin que ceux-ci puissent pleinement profiter de leur passion pour le plein air. Il était donc important pour cette famille que celui-ci reflète cette connexion avec la nature. Cette maison, qui fait partie du patrimoine mondial de l’Unesco depuis 2008, était destinée initialement à être une habitation privée, et s’est éventuellement transformée en musée pouvant accueillir les visiteurs sur rendez-vous. 

Le mouvement architectural de la Prairie School serait né au États-Unis vers la fin du XIXe siècle, et se poursuivra jusqu’au début du XXI sicle. Frank Lloyd Wright, qui est le plus grand architecte de l’histoire américaine, selon l’institut des architectes américains, serait un des pionniers de ce mouvement qui a pour but de créer un espace intérieur en relation avec la nature qui l’entoure. Ce mouvement s’intéresse beaucoup au concept organique des infrastructure ainsi que la relation qu’elles entretiennent avec leur environnement naturel. 

First Floor Plan – Fallingwater, State Route 381 (Stewart Township), Ohiopyle, Fayette County, PA DRAWINGS FROM SURVEY HABS PA-5346. Library of Congress

Au départ l’emplacement de la maison causait un problème pour Kaufmann, qui voulait que la construction soit face aux cascades d’eau, et non sur le sommet de celles-ci. Wright avait plutôt pour idée que la résidence fasse partie de la cascade, afin qu’elle soit davantage en relation avec la nature qui l’entoure. Il voulait que le ruisseau ne coule non pas à côté de la maison, mais à travers celle-ci, voulant que le ruisseau fasse partie intégrante de leur vie. Il avait pour intention de rendre le paysage plus beau qu’avant la construction du bâtiment, avec l’idée que la vie humaine fait partie de la nature. Son but était donc de brouiller les lignes structurelles du bâtiment avec celles de la nature. 

Le dessin d’architecture que nous voyons ci-dessous est sans aucun doute un plan de vue plafond, qui nous donne accès à la proximité de l’environnement où se situe la demeure, où celui-ci est très important dans le style architectural concerné. À l’aide du dessin, on peut facilement identifier la rivière ainsi que la forêt qui encercle la demeure. Ce type de plan nous permet de constater que le bâtiment est au dessus de la rivière et des cascades d’eau, et que toutes les pièces du bâtiment sont dirigées, d’une certaine façon, vers le cours d’eau. Il y a non seulement la maison qui est située en partie au dessus de l’eau, mais aussi un pont qui donne accès à la maison, et qui nous donne une bonne idée où l’entré est située. Il y a donc évidemment une harmonie qui circule entre la maison ainsi que ce qui l’entoure, étant donné que le concept de cette architecture est de se fondre dans la nature existante. L’harmonie ne se fait pas seulement dans le dessin en tant que tel, mais aussi dans les matériaux de finitions qui sont utilisés pour construire cette maison. 

Toujours en lien avec le style architectural, ce plan nous permet de voir que les balcons (donc l’extérieur) de la maison occupent un espace très important par rapport à l’espace intérieur. Ce qui répond bien à l’aspect de plein air dont la famille Kaufmann désirait tant. Après tout, c’est une maison de campagne, qui sert à profiter de la nature! Le plan nous permet aussi de constater qu’il n’y a pas de symétrie ou d’équilibre dans la composition de celui-ci. Aucune pièce n’a la même forme ou la même taille, illustrant une certaine irrégularité que l’on retrouve dans la nature.

Par contre, ce dessin ne nous permet pas de voir un des majeurs problèmes de cette demeure, qui était les fondations. Au départ, l’ingénieur trouvait que le sol était trop instable pour qu’on lui bâtisse une maison de cette envergure. Ils ont donc dû solidifier la structure à l’aide de renforcements en acier, mais ce n’était pas assez. Peu après qu’ils aient coulé le béton pour les balcons, des fissures ont commencé à apparaitre sur ceux-ci, car le support n’était pas suffisant. C’est pour cette raison que, plus tard, des rénovations ont dû être faites sur la maison, afin qu’elle soit plus sécuritaire.

Frank Lloyd Wright, Fallingwater (Edgar J. Kauffman’s house), 1935. Color pencil on tracing paper. 15 3/8 – 27 1/4 inches. The Frank Lloyd Wright Foundation.

Malgré que Wright dénie toute forme d’influence provenant d’autres architectes, on peut identifier des ressemblances de Fallingwater avec certaines habitations californiennes, dont celles de Rudolf Schlinder ainsi que de Richard Neutra. Par contre, ce qui semblerait avoir le plus influencé la conception de cette demeure serait son séjour au Japon, en 1905. La construction proche de cours d’eau est plutôt courante dans cette région, et depuis sa visite, sa fascination pour les cascades d’eau ne faisait qu’augmenter. Il ramena, de son périple, de nombreuses photos et cartes postales architecturales, dont la majorité sont des infrastructures qui étaient situées proche de cours d’eau. Mis à part l’intérêt pour les cours d’eau, on peut aussi retrouver certains éléments de l’architecture japonaise dans Fallingwater. Lors de son périple, Wright aurait été inspiré par l’utilisation du bois (omniprésent sur les murs intérieurs et les meubles de la résidence), les vérandas (que l’on pourrait comparer à ses énormes balcons) ainsi que l’utilisation des portes coulissantes (traduit ici par d’énormes vitres).

Comme mentionné précédemment, le style architectural de cette maison de campagne s’inspire fortement de la Prairie school. Ce mouvement prônerait l’architecture dite « organique », avec un concept d’intégration de l’environnement. Afin de construire la façade extérieur de la maison, Wright utilisera du grès d’origine locale qui sera dans la même palette de couleur que le grès environnant, de manière à ce que la propriété se fonde dans son environnement. La Prairie school serait présente non seulement à l’extérieur, mais aussi à l’intérieur de la maison, car Wright aurait conçue, pour Fallingwater, un peu plus de 170 meubles fait de noyer noir de la Caroline du Nord. Ce bois de couleur chocolat est d’un ton très chaud se fondrait très agréablement avec le boisé entourant la demeure. Aussi, l’ornementation est un concept qui est absent dans Fallingwater, où Wright utilisera des plantes et des fleurs, encore une fois des environs, afin de créer une décoration qui permettra davantage de créer une connexion avec la maison et ses alentours. 

BIBLIOGRAPHIE :

Weisber, Robert W.  » Frank Llotd Wright’s Fallinf water : A Case Study in Inside-the-Box Creativity ». Taylor & Francis Online. [en ligne] https://www-tandfonline-com.proxy.bibliotheques.uqam.ca/doi/full/10.1080/10400419.2011.621814?fbclid=IwAR2WxsTpse-YmWuiE9lhqbTmwszEnz89qoRfswRLyES0Xb5pIIbqvFf0v6Y&.

Gentle, Thom ; Jefferies, Victoria. « Conservation of Furniture at Frank Lloyd Wright’s Fallingwater ». Jstor. APT Bulletin: The Journal of Preservation TechnologyVol. 21, No. 3/4 (1989), pp. 55-61 (7 pages) [en ligne].https://www-jstor-org.proxy.bibliotheques.uqam.ca/stable/1504296?sid=primo&origin=crossref&seq=1&fbclid=IwAR1-FZ5NENtV3yXRf0D0RKuwKdi8UW_oeaS2dvJ0d1qbBvXUjKToXD_pZPc#metadata_info_tab_contents.

Dean, Louise. « Analyzing and characterizing the steel used at Frank Lloyd Wright’s Fallingwater » mars 2003. ProQuest. [en ligne]. https://search-proquest-com.proxy.bibliotheques.uqam.ca/docview/232572661/fulltext/9520DDF9A24C47A9PQ/1?accountid=14719.

K. Mims, Sandra. « Experiencing Architecture: Teacher Residency at Fallingwater ». Jstor. Art EducationVol. 46, No. 1 (Jan., 1993), pp. 19-24 (6 pages). [en ligne]. https://www-jstor-org.proxy.bibliotheques.uqam.ca/stable/3193416?seq=1#metadata_info_tab_contents.

Anonymous.JOM. « Steel and engineering may save Wright’s architectural masterpiece: Fallingwater ». ProQuest. février 2002. [en ligne]. https://search-proquest-com.proxy.bibliotheques.uqam.ca/docview/232577664?rfr_id=info%3Axri%2Fsid%3Aprimo.

Note : la deuxième image est de bonne qualité, mais ne se télécharge pas comme il le faut… Voir le lien ci-dessous

https://www.loc.gov/resource/hhh.pa1690.sheet/?sp=4

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *